Trier, recycler

Pour limiter la consommation de papier, on imprime uniquement ce qui est nécessaire et si possible en recto-verso. Lorsque c’est pour l’interne, on privilégie le recyclage de papier imprimé d’un côté comme brouillon. La numérisation des archives est également une piste qui peut s’avérer intéressante. Dans la thématique de l’imprimante, penser à recycler les cartouches d’encre. Pour les déchets, organiser les poubelles afin de trier ce qui est recyclable (la poubelle jaune, les cartouches d’encres, le verre, les déchets toxiques et la poubelle ménagère)

Limiter le nombre de mails

Privilégier de grouper différents sujets en un mail, avec un titre précisant l’étendue des sujets et une mise en page claire de chaque sujet. Car même si internet n’utilise pas le papier, il mobilise des centrales électriques énormes qui polluent notre planète.

Eteindre les lumières, les ordinateurs, le wifi

Une bonne habitue à avoir autant chez soi qu’au bureau. Les lumières allumées et les appareils en veille consomment de l’énergie, alors quand on quitte les lieux, autant les éteindre. Cela concerne ordinateurs, imprimantes, micro-ondes, cafetières, sans oublier les chargeurs qui, même non utilisés, continuent à consommer s’ils sont branchés ! Pour le wifi, pensons à la nocivité des ondes sur nos organismes et ceux des enfants, et coupons le pendant la nuit.

Limiter les « jetables »

Exit les lingettes et les rouleaux de papier jetable (sauf pour les toilettes bien sûr, car on a pas trouvé mieux !) Pour les mains et la vaisselle, rien ne vaut torchons et serviettes, à condition de les laver régulièrement bien sûr… Idem pour les gobelets jetables qui peuvent être remplacés par des verres ou des tasses.

Penser aux produits d’entretien écologiques

Pas toujours facile de convaincre les fées du logis d’utiliser autre chose que les produits ancrés dans les habitudes de nos parents : eau de javel et autres détergents ultra polluants. Eviter aussi les désodorisants chimiques qui peuvent être cancérigènes. Privilégier les produits d’entretien écologiques aux senteurs naturelles et les huiles essentielles pour la qualité de l’air et les odeurs ; pour les produits d’entretien, c’est un peu plus cher, mais si c’est un souci, on peut penser au vinaigre, au bicarbonate de Sodium qui sont tout aussi efficaces et plus économiques.

Penser transports écolos

Essayer de laisser la voiture quand cela est possible, ou essayer de covoiturer. Aujourd’hui nous avons plusieurs alternatives possibles, notamment dans les grandes agglomérations : les transports en commun qui peuvent se coupler avec la trottinette pour un véritable gain de temps, le vélo, électrique ou pas, les Autolib, et les scooter électriques qui font leur arrivée à la location.

Avoir un moteur de recherche qui sert des causes

Par exemple Lilo, qui reverse ses bénéfices à des associations et permet de choisir à quel projet on souhaite contribuer.

Fumer responsable

Au delà du fait que fumer peut engendrer des problèmes de santé, la loi interdit de fumer dans les espaces publics, donc oblige à sortir fumer dehors (sauf si un espace fumeur est à disposition, mais il faut vraiment aimer se retrouver dans un cendrier géant !) Eviter de jeter ses mégots sur le trottoir est un acte responsable car un mégot met en moyenne 1 à 2 ans à disparaître… alors on peut être créatif si on n’a pas de cendrier extérieur : petite boite métallique, petit sachet ou même paquet de mouchoirs vide feront l’affaire en attendant la poubelle ménagère.

Alors en cette rentrée, faisons le plein de bonnes résolutions !