Un fonds d’investissement dédié aux entreprises fondées ou dirigées par des femmes

Soutenir les femmes entrepreneuses, une belle initiative que nous soulignons en ce lundi 3 décembre 2018

Nathalie Balla, coprésidente de La Redoute et de Relais Colis ou encore Mercedes Erra, cofondatrice de l’agence BETC, appellent à imposer la mixité dans l’économie numérique

Un collectif de femmes dirigeantes d’entreprises appelle, dans une tribune publiée lundi 3 décembre, à «imposer la mixité dans l’économie numérique» et souhaite la création d’un fonds d’investissement dédié aux entreprises fondées ou dirigées par des femmes.

Nathalie Balla, coprésidente de La Redoute et de Relais Colis, Mercedes Erra, cofondatrice de l’agence BETC et présidente exécutive d’Havas Worldwide, Tatiana Jama, cofondatrice de Selectionnist et Visualbot.ai, Céline Lazorthes, fondatrice de Leetchi et Mangopay, ou encore Stéphane Pallez, PDG de la Française des jeux, figurent parmi les signataires de ce texte paru dans le quotidien économique Les Echos.

«En France, les neuf plus gros fonds d’investissement français n’ont investi que 2,6% des fonds levés dans des entreprises cofondées par des femmes sur les cinq dernières années», affirme la tribune, estimant que cette «inégalité face aux capitaux est une triste réalité et une erreur stratégique». Et «les dirigeantes ne captent que 2,2% des financements des fonds d’investissement dans le monde», constatent les signataires.

Créer un fonds d’investissement

Or «les entreprises ayant au moins une fondatrice ont des résultats plus élevés de 63% que les entreprises n’ayant que des fondateurs», affirme le texte, estimant qu‘«atteindre la parité générerait plus de 2 000 milliards d’euros de PIB supplémentaire en Europe d’ici à 2025». «Hommes et femmes, nous payons tous le prix inique du maintien du privilège masculin», jugent les signataires de la tribune.

Le texte demande que les fonds d’investissement «s’engagent à investir 10% des fonds déployés dans des start-up fondées par des femmes» et à cette fin, qu’ils féminisent notamment des équipes d’investissement qui «ne comptent que 7 % de femmes»«À moyen terme, il faut favoriser la création d’un fonds d’investissement dédié aux entreprises fondées ou dirigées par des femmes comme cela existe aux Etats-Unis, avec The Helm ou Backstage Capital», poursuit-il.

La tribune lance un appel aux «pouvoirs publics pour accompagner cette démarche» et aux «entrepreneurs et financiers pour imaginer ensemble les meilleurs moyens de permettre aux femmes de participer au développement de notre économie».

Forcément, je suis touchée car je me sens concernée en tant que fondatrice d’Ad’hoc communication. Bénéficier d’un soutien financier nous permettrait de nous déployer plus aisément ! Alors rêvons un peu… Après tout aujourd’hui c’est mon anniversaire ! Sandrine Guenand-Gallienne

Les youtubeurs unissent leurs forces pour protéger l’environnement

62 vidéastes vont mettre en ligne, du 15 novembre au 15 décembre, des films pour encourager leurs abonnés à changer leurs habitudes afin de protéger la nature.

Certains abandons peuvent réveiller des consciences. Un départ déclenche parfois de nombreuses arrivées. Emmanuel Macron ne se doutait probablement pas que la démission surprise de Nicolas Hulot de son gouvernement, le 28 août, allait inciter des stars de YouTube à se mobiliser pour déclencher une campagne visant à encourager leurs « followers » à adopter des gestes visant à protéger l’environnement.

Ce mouvement, baptisé « On est prêt ! », réunit 62 vidéastes bien connus des surfeurs de la Toile. Parmi eux figurent, fort logiquement, des influenceurs connus pour leur engagement en faveur de l’écologie comme Professeur Feuillage, Nicolas Meyrieux, Et tout le monde s’en fout, Max Bird et Le Biais Vert mais on trouve aussi des youtubeurs plus connus pour leurs frasques ou leurs « tutos » légers comme Norman, Jhon Rachid, Natoo ou EnjoyPhoenix. Pendant un mois, du 15 novembre au 15 décembre, ces vidéastes se filmeront chaque jour en train de relever un défi sensé protéger la nature. Ces volontaires formeront trois équipes : il y aura ceux qui changeront leur alimentation, ceux qui cesseront d’utiliser du plastique et ceux qui laisseront leur voiture au parking.

Des youtubeurs montrent l’exemple
Plusieurs influenceurs ont déjà modifié certaines de leurs habitudes. El Hadj, qui réunit 1,3 million d’abonnés sur Instagram, a arrêté de manger des steaks, des saucisses et du poulet rôti. Eviter la viande, réduire ses déchets ou faire appel à une banque qui ne finance pas les projets fossiles, baisser le chauffage : les solutions existent pour sauvegarder notre planète. « Imaginez la chance qu’on a », explique Natoo qui possède 4,6 millions de fidèles sur son compte YouTube « On est la génération qui peut changer le monde ».

Les études montrent qu’un mouvement réunissant 3,5% de la population d’un pays peut faire basculer un système en place. Cette proportion représente 2,5 millions de personnes en France soit une goutte dans l’océan des « fans » des 62 vidéastes rassemblés autour de la bannière « On est prêt ! ». Norman compte, à lui seul, près de 11,1 millions d’abonnés, EnjoyPhoenix est suivie par 3,4 millions d’internautes et certaines vidéos de Jhon Rachid ont été visionnées plus de 5 millions de fois. Cette campagne n’est pas la première à tenter de raviver la « flamme écolo » qui sommeille en nous.

Cette initiative n’est pas la première en date
Il y a tout juste un mois, dix-neuf youtubeurs ont cherché à encourager les internautes à participer aux marches pour le climat qui ont été organisées dans toute la France le 13 octobre. Leur vidéo, intitulée « Il est encore temps », a été visionnée plus de 232000 fois et « likée » à 24000 reprises. Plusieurs milliers de personnes ont répondu à cet appel en battant le pavé dans 80 villes dans l’hexagone. Un succès après la forte mobilisation du 8 septembre qui avait rassemblé 50000 manifestations à Paris d’après les organisateurs et 18500 selon la police.

Le 4 novembre, McFly et Carlito ont convié leurs quatre millions d’abonnés à participer à leur première « Clean Walk » afin de nettoyer les rues de Paris. La vidéo de leur démarche a déjà été vue près de 2,7 millions de fois sur internet. Les youtubeurs, instagrammeurs et autres influenceurs commencent à s’unir pour la bonne cause. Et dire que certains disent encore que les réseaux sociaux ne servent à rien…

Source INFLUENCIA
http://www.influencia.net

Une eau minérale durable au fond des océans

Ocean52, nouvelle marque, reverse 52% de ses bénéfices à des associations qui œuvrent pour la protection des mers du globe.

Après les bouteilles sans plastique, voici l’eau récupérée au fond de la mer pour la bonne cause… Puisée par 600 mètres de profondeur dans l’Océan Pacifique, Ocean52 se caractérise par sa pureté et par la présence de plus de 70 minéraux et oligoéléments dans ses gouttelettes.

crédit photo : ocean52-1-768x367.jpg
crédit photo : ocean52-1-768×367.jpg

Continuer la lecture de « Une eau minérale durable au fond des océans »

Burn-out, effet de mode ou maladie professionnelle ?

Qu’est-ce que le Burn-out ?

Parmi les nombreuses définitions du Burn-out ou «syndrome d’épuisement professionnel», Mars-Lab, cabinet spécialisé dans la prévention des risques sociaux et l’optimisation de la performance sociale, retient celle-ci : « Le Burn-out est un état d’épuisement physique, émotionnel et mental résultant d’une exposition à des situations de travail émotionnellement exigeantes».

https://cdn.pixabay.com/photo/2017/10/10/21/49/youtuber-2838945_1280.jpg
crédit photo : pixabay.com / youtuber-2838945_1280.jpg

Continuer la lecture de « Burn-out, effet de mode ou maladie professionnelle ? »

Entreprise libérée, une réponse au désengagement ?

Seulement 11% des salariés iraient au travail de bon cœur contre 61% uniquement intéressés par le salaire.

Quant aux 28% restants, ils seraient complètement désengagés*
11% des salariés sont donc “heureux” de se rendre au travail, et c’est bien peu lorsque l’on considère que nous passons à minima 35 heures de notre semaine sur notre lieu de travail.

crédit photo : pexels.com / blur-cellphone-close-up-288530.jpg
crédit photo : pexels.com / blur-cellphone-close-up-288530.jpg

Continuer la lecture de « Entreprise libérée, une réponse au désengagement ? »

Sortir de la cour de récré en entreprise

L’analyse transactionnelle au service du management

La grille de lecture de l’analyse transactionnelle est d’une aide efficace dans la lecture des relations au sein de l’entreprise. Rien qu’en partant des 3 états du moi d’Eric Berne, il est possible de comprendre les mécanismes qui peuvent entraver un bon fonctionnement relationnel : le “parent normatif” ou “parents nourricier”, “l’adulte”, “l’enfant rebelle” ou “l’enfant soumis”.

En effet, lorsqu’un manager ou un responsable hiérarchique endosse le rôle, l’attitude du parent normatif (par exemple, exigences, conseils, ordres, ou encore dire à chacun ce qu’il doit faire et comment le faire, en mettant la pression, sans donner de sens ni de vision), il invite ses partenaires à prendre le rôle d’enfant soumis ou rebelle. En effet, si en face de lui, la personne n’a pas la capacité à se mettre en position “adulte” et à inviter son interlocuteur dans ce rôle adulte (assertivité, recul, réflexion, questionnement, compréhension des attentes, enjeux etc), elle risque fort de se mettre soit en position d’enfant soumis (pas ou peu de prise d’initiative, exécution des tâches sans réfléchir, désengagement, fautes d’attention… ), soit d’enfant rebelle (mauvais esprit, désengagement, sabotage, agression…)

Ainsi, comme le prône le concept d’entreprise libérée, l’efficacité, la performance, la fluidité relationnelle, viennent du fait que les salariés sont respectés, considérés en égaux vis à vis des dirigeants, engagés, responsables de leur travail, avec une possibilité de parole libérée, partageant la vision de l’entreprise, avec des managers qui leur disent pourquoi ils doivent travailler et non pas comment.

Cela implique que les managers comme les subordonnés soient dans une posture « adulte », et qu’à aucun moment il n’y ait de chefs « parents normatifs » ; ainsi, plus « d’enfants » et donc fini les comportements « de cour d’école » qui pourrissent la vie de l’entreprise !

Cependant ce n’est pas si simple, car quand bien même ces mécanismes sont identifiables, agir pour changer les choses n’est pas toujours aisé, d’autant que ces comportements sont souvent ancrés dans les histoires personnelles de chacun, peuvent remonter à l’enfance et aux schémas familiaux.

En effet, cette posture « adulte » peut être pour certains difficile à mettre en œuvre et nécessiter un accompagnement individuel pour pouvoir changer !

Bureaux nomades et environnement de travail dynamique

Nouveaux espaces de bureau et nouvelle manière de travailler

123RF

Les environnements de travail dynamiques ou bureaux nomades sont à la mode, et pour cause, ce nouveau concept permet aux entreprises d’optimiser les surfaces de bureaux, et donc de faire des économies de loyers.

Basée sur des études d’occupation des bureaux qui attestent d’un taux moyen d’occupation en France de 65 à 70%, l’approche de bureaux non attribués permet en effet d’optimiser ce taux d’occupation.

Au delà de cette donnée chiffrée, l’environnement de travail dynamique permet la mise en place de nouvelles manières de travailler, car il suppose que chaque individu dans la société est logé à la même enseigne : en effet plus de bureaux pour les patrons ou les managers, uniquement des « bulles », réservées à des usages nécessitant la confidentialité. Cela permet également de favoriser les échanges entre les individus, les équipes et le mode projet collaboratif, avec des typologies de postes adaptées selon les tâches à effectuer.

Autre caractéristique : il est possible de travailler dans tous les lieux des bâtiments, de la cafétéria, en passant par la terrasse ou l’espace bibliothèque car le wi-fi est partout.

Chaque collaborateur se balade donc avec son ordinateur et peut se connecter partout. Exit les affaires personnelles, les papiers qui trainent car il existe également une logique d’économie et de recyclage derrière ces approches : centralisation des imprimantes, numérisation des archives, recyclage du papier etc. Ces nouveaux bureaux sont souvent accompagnés d’espaces de détente, et prévoient logiquement des espaces calmes voire silencieux et des espaces pour les échanges. Les règles d’usage des bulles, du téléphone et le savoir vivre des collaborateurs restent des enjeux considérables pour le succès de ces nouveaux bureaux.

Il n’en reste pas moins que pour les collaborateurs qui ne sortent pas de la Fac, il s’agit de faire le deuil du traditionnel bureau et tout ce qui y est attaché émotionnellement et culturellement (statut, intimité, confort, etc) ; de tels changements peuvent être très violents et nécessitent à ce titre un accompagnement humain. Il va sans dire que ces changements devraient évidemment s’inscrire dans une stratégie, une vision d’entreprise sur une évolution de l’organisation et les objectifs et bénéfices attendus.

Avantages : favorise les économies d’énergie, de loyer, la collaboration, les échanges, l’ouverture entre les services, la possibilité de ne pas subir en permanence ses collègues, ou d’être seul dans un bureau, le télétravail, de beaux bureaux neufs avec des fonctionnalités permettant plus d’ergonomie …

Inconvénients : nécessité que tout le monde « joue le jeu », nécessité de pouvoir disposer de suffisamment d’espaces pour retrouver de l’intimité, de la confidentialité, nécessité de faire le deuil du bureau, d’avoir suffisamment d’espaces communs pour accueillir tout le monde Le jour où il y a une réunion avec tous les collaborateurs !

Points de vigilance : rattachement à un projet sur l’organisation, compréhension et appropriation par l’ensemble des collaborateurs, accompagnement des règles de vie, considération de la nouvelle loi sur les ondes éléctromagnétiques (décret du 6/8/16 – les salariés devront être informés des risques et les lieux de travail où ils sont susceptibles d’être exposés “à des niveaux de champs électromagnétiques dépassant les valeurs” devront leur être signalés, voir leur accès être limité)… Pour aller plus loin : https://www.franceinter.fr/societe/les-entreprises-vont-devoir-proteger-les-salaries-des-ondes-electromagnetiques

Nous sommes à votre disposition pour vous accompagner dans une démarche de nouveaux modes de travail accompagnés de nouveaux environnements de travail.

Le droit à la déconnection

Le droit à la déconnexion instauré dans le code du travail est effectif depuis janvier 2017

Avec les progrès du numérique, le travail évolue ainsi que les comportements. Ce qui est sûr c’est que si les entreprises ne sont pas vigilantes, les conséquences d’un usage sans limite des outils numériques peuvent être graves pour la santé des salariés et par répercussion pour les entreprises.

123rf.com/trueffelpix
crédit photo : 123rf.com/trueffelpix

Continuer la lecture de « Le droit à la déconnection »

Le codéveloppement managérial

Le co-développement professionnel se pratique avec de petits groupes

De petits groupes de managers qui vont vivre une série de rencontres d’une demi-journée, avec un animateur, formé à la méthode, dans la durée sur plusieurs mois. L’animateur n’est pas là pour animer une formation ni pour faire des apports, mais pour faire découvrir la méthode et pour lancer le groupe dans une dynamique de progrès continu.

123rf.com-alphaspirit
crédit photo : 123rf.com-alphaspirit

Continuer la lecture de « Le codéveloppement managérial »