Créer un autre monde

Les défis frappent à la porte

Accepter l’inconfort et faire en sorte

D’avancer en conscience

Sans perdre son essence

Donner du sens ouvre le cœur

Met en action tous les moteurs

Fonctionner différemment

Pour construire l’avenir autrement

Croire que c’est possible de faire mieux

Et se prendre au jeu

Plus de responsabilité et moins d’impact

Un chemin où seuls comptent les actes

Ouvrir la voie est un choix

Et si c’était plus facile qu’on ne le croit ?

Libérer les énergies donne sa chance

Bienveillance, coopération, partenaires de la confiance

Dans le changement cette nouvelle constante

Souplesse et adaptation pour surfer sur les déferlantes

Changement de paradigme

Désapprendre et faire bouger les lignes

Ecouter, partager et se laisser guider

Flirter avec l’assertivité

Succès, miracles ou joies, chacun son goût

Et si aujourd’hui c’était vous ?

Sandrine Guénand – Gallienne, coach, facilitatrice co-développement, accompagnement du changement

L’intérêt de la résilience dans la stratégie

La résilience est un concept à considérer pour les entreprises et les organisations dans la perspective de s’adapter, rebondir, modéliser et envisager l’avenir de manière positive et responsable.

Auparavant prisée en physique et en psychologie, la résilience s’impose comme un concept majeur dans un certain nombre d’entreprises. Petit tour d’horizon de trois idées clés qui leur donnent raison.

Idée 1 : Les individus comme les entreprises vont devoir démontrer leur capacité à rebondir après le violent choc sanitaire, psychologique et économique que constitue la crise du COVID-19

Cette crise constitue « un événement subit et brutal » (définition même du traumatisme) pour les entreprises et l’ensemble de leurs parties prenantes, au premier rang desquelles leurs salariés. Leur quotidien, notamment professionnel, s’est retrouvé profondément bouleversé en quelques jours. Et l’inquiétude sanitaire s’accompagne d’une forte inquiétude économique.

Faire preuve de résilience, c’est-à-dire résister à la crise du COVID-19, tenir le coup, faire preuve de sang-froid et d’endurance, rebondir, redémarrer : voilà les défis majeurs à relever tant pour les entreprises que pour leurs salariés.

Ces deux dimensions – collective et individuelle – sont intimement liées. Le rebond économique d’une entreprise sera notamment lié à sa capacité à remobiliser ses collaborateurs quand, dans le même temps, la faculté des individus à se remobiliser dépendra aussi de la manière dont leur entreprise a fait face à la crise.

Idée 2 : Seules les entreprises qui reconfigureront leurs cognitions, croyances et comportements, en sortiront renforcées

En 2006, Stephen Lepore et Tracey Revenson ont publié une étude de référence identifiant trois dimensions ou formes distinctes de résilience : la résistance, la récupération et la reconfiguration. Dans le cas de la résistance, aucun changement n’est observé, même pendant la crise. La récupération induit quant à elle une adaptation momentanée… avant un retour à la normale.

On peut certes envisager que la crise du COVID-19 entraîne certaines modifications à long terme dans les entreprises et que l’on ne travaillera, managera ou consommera pas tout à fait de la même manière demain. Elles devront donc reconfigurer leurs cognitions, croyances et comportements, sans pour autant d’ailleurs imaginer un « reset » intégral puisque, pour reprendre les termes de la philosophe Marylin Maeso : « Aussi étrange que cela puisse paraître, il faut peut-être savoir renoncer au rêve du Changement pour pouvoir faire une différence. »

Celles qui parviendront à sortir renforcées, auront pu démontrer la solidité de leur modèle économique et une capacité d’ajustement face au danger. Elles auront également pu s’appuyer, si l’on s’en réfère là encore au concept de résilience tel qu’il est employé en psychologie, sur leur commun :

  • une raison d’être forte qu’elles auront utilisée comme une boussole pour donner du sens et de la cohérence à leurs actions, se tourner vers une vision malgré tout positive du futur et encourager la matérialisation de certains projets utiles à la reprise ;
  • une stratégie installée, prenant bien en compte le long terme et la RSE et ainsi à même de rassurer les analystes et les marchés, et, dans le même temps, une forte capacité d’adaptation stratégique à court terme ;
  • une culture ancrée qui aura guidé les comportements dans la crise, permis à la communauté des collaborateurs de préserver ses liens, de favoriser une communication claire et « ouverte », de coopérer et de se comporter comme une « famille » (« La culture agit donc comme un catalyseur pour permettre à ses membres de se remettre des traumas qui mettent en danger la survie du groupe », Boris Cyrulnik, ‎Gérard Jorland, 2012).

Idée 3 : Les enseignements que certaines auront su tirer de la crise leur permettront aussi, à l’avenir, de se montrer moins vulnérables

Les études menées sur la résilience démontrent que la réaction d’un individu au stress se déroule en trois étapes. Après la réponse immédiate (que se passe-t-il ?) vient la réponse retardée (comment faire face ?). Puis la réponse adaptative (on ne m’y reprendra plus), qui se traduit par la mémorisation de l’événement vécu, de sa parade ainsi que du résultat obtenu.

Pour les entreprises, il s’agit désormais de préparer cette réponse adaptative. Savoir tirer les enseignements de la crise leur permettra de renforcer leur capacité à faire face à un monde de plus en plus volatil, incertain, ambigu et complexe.

Elles devront également comprendre que leur propre résilience est indissociable de celle de leur écosystème et renforcer leur contribution à un modèle plus vertueux, c’est-à-dire protégeant leur environnement, la société et donc indirectement les protégeant elles-mêmes de possibles crises futures, qu’elles soient alimentaires, climatiques, sociales ou économiques. Nous sommes là encore au cœur du concept de résilience.

Un concept bien plus riche, donc, par exemple, que celui du « monde d’après », n’étant pas directement relié à des considérations économiques. Mais un concept qui devra aussi se traduire par la mise en place de démarches structurées permettant de s’appuyer sur la force du récit, de laisser à chacun la possibilité de s’exprimer, et de tirer collectivement les enseignements de la crise.

Par Stanislas Haquet, Directeur Associé chez Angie Consulting

Le coaching efficace à de multiples niveaux

A l’issue de 10 séances de coaching avec un objectif initial d’amélioration de compétences managériales, voici ce que le coaching a permis à J.
– Améliorer la gestion de ses émotions, et de sa communication
– Mener une réflexion sur l’avenir professionnel, travailler sur ses objectifs professionnels en lien avec ses objectifs personnels
– Se questionner sur ses capacités et son envie d’évoluer dans la hiérarchie en conscience de ses valeurs et objectifs, et se positionner pour accéder à une évolution
– Mettre en place un changement de posture de manière fluide.
– Une sensibilisation aux méthodes, comportements, attitudes, adaptés à sa nouvelle posture
– Mieux s’organiser, anticiper, réfléchir avant d’agir permettant d’obtenir une adhésion, une crédibilité
– Elargir son champs de vision et d’action
– Améliorer ses capacités d’écoute et de compréhension vis à vis de tous les interlocuteurs, à différents niveaux de l’organisation, et adapter sa posture, son langage, à chacun.
– Une aide pour le management de proximité
– Une meilleure image de soi : intellectuelle, physique, statutaire
– Plus de confiance en soi, acceptation du nouveau statut facilement
– Appréhension du leadership adapté à sa personnalité et ses valeurs
– Moins de stress et plus de fluidité, de recul pour gérer les situations, les chantiers liés aux nouvelles fonctions
– Plus d’assurance pour des présentations en Codir, permettant de donner confiance aux autres
– Satisfaction et plaisir dans ses nouvelles fonctions
– Des collaborateurs et une hiérarchie qui adhèrent
– Une envie d’apporter des idées pour développer la société

Vous avez envie de tenter ? Essayez une première séance gracieuse jusqu’au 11 mai. sandrine@adhoc-com.fr – 06 62 49 81 94

L’authenticité pour se développer

L’authenticité est la base de tout cadre d’intervention d’aide et de développement.

Que ce soit en coaching, co-développement, formation, développement personnel, des résultats effectifs et positifs ne sont possibles que lorsque les personnes sont authentiques.

Mais qu’est-ce que l’authenticité, que permet-elle, quels risques, quels avantages ?

L’authenticité, c’est une posture qui se perçoit, se voit, se sent.

Etre authentique c’est oser être soi, vraiment, pleinement, se respecter, dire ce qu’on pense, et selon les contextes, il peut y avoir de la peur, de la honte, de la gêne.

Car être authentique, c’est risquer de ne pas être aimé de tous, risquer d’être jugé, rejeté, perçu comme différent ; c’est oser affirmer que l’on n’est pas d’accord, s’opposer, ou dire des choses désagréables, si on les pense nécessaires.

Etre authentique, c’est accepter ses forces, ses fragilités, ses qualités et ses défauts, et les assumer.

C’est afficher et vivre ses valeurs, tomber le masque du conformisme, de la soumission, ou de la toute-puissance, accepter de se tromper.

Etre authentique, c’est accepter que l’autre le soit aussi, permettre à l’autre d’exister dans sa singularité et ses différences, c’est donc aussi faire un pas vers la tolérance.

C’est assumer qui on est, ouvrir son cœur, et pouvoir rencontrer l’authenticité des autres, avoir des liens et des relations vraies.

Alors oui, cela peut être challengeant, difficile, mais les bénéfices sont bien réels pour la qualité des relations, relation à soi et relation aux autres.

Tout changement est un deuil

Le processus de deuil concerne toutes les pertes vécues au cours de la vie. Cela peut être un changement de poste, un changement de chef, un changement d’organisation, un licenciement, un départ en retraite, un divorce, une séparation, un déménagement (perso ou pro), la perte d’un objet à valeur sentimentale, la perte d’un proche, mais c’est aussi les grands passages de la vie, comme le passage de l’enfance à l’adolescence, le départ des enfants pour faire leur vie…

La liste est longue et il faut avouer que cela nous renvoie au fait que notre vie est une succession de changements, de cycles, voulus ou non, qui constituent des deuils. Il est donc essentiel de pouvoir vivre le processus qui permet de retrouver de l’énergie nécessaire pour avancer, se remettre en mouvement, rester dans la vie, sans vouloir aller trop vite…

Le Dr Kübler Ross a mis en évidence les étapes du deuil via une courbe (photo). La « courbe du deuil » est le processus naturel par lequel passe la personne qui fait face à un changement soudain dans son quotidien professionnel, et/ ou personnel. Pour que ce processus se fasse, l’accueil des émotions est essentiel ; c’est uniquement en acceptant de vivre ses émotions que la personne traversera les étapes et pourra accéder à une nouvelle énergie. Il n’est pas si facile de vivre ces émotions, d’autant qu’elles sont inconfortables, voire très difficiles en phase descendante surtout, et que la personne peut avoir tendance à les bloquer, à les éviter.

En connaître les phases permet de comprendre les résistances et de détecter les signaux, utiles pour les proches, ou accompagnants. Cette courbe n’est pas linéaire, la personne fait des allers et retours entre les différentes émotions, les différentes étapes. Le temps nécessaire est le temps intérieur de la personne. Il n’y a pas de durée type, le processus sera différent pour chacun, en fonction de son histoire, du type de perte, si elle est accompagnée ou non…Parfois un deuil qui peut sembler « léger » peut s’avérer « très lourd » ; cela peut dépendre des deuils précédents que la personne n’aura peut-être pas faits, auquel cas un deuil peut en raviver un ou plusieurs autres…. Parfois, un jour à l’issue d’un nouvel événement anodin, il peut se produire un effondrement, une réaction de type burn-out, dépression etc…Une vigilance sur ce sujet est conseillée surtout lorsque l’on est manager.

Les professionnels de l’accompagnement que nous sommes peuvent vous aider à gérer le changement, en respectant les besoins des collaborateurs.

Se préparer pour vivre une bonne rentrée

L’été a été chaud et la rentrée l’est aussi ! Le soleil et ses chaleurs peuvent encore être présents début septembre alors pourquoi ne pas en profiter pour démarrer la rentrée en douceur en commençant sa journée par une salutation au soleil qui met de bonne humeur en allant au travail.

Puis, conserver ce soleil pour saluer avec le sourire tous les collaborateurs croisés, de l’hôtesse d’accueil, en passant par votre chef, l’homme de ménage ou encore votre collègue antipathique. Le sourire a un effet magique, alors il serait dommage de s’en priver, d’autant qu’allié à un reste de bronzage, il peut vous apporter de belles réactions qui ne manqueront pas de vous mettre en joie. Car vous l’avez surement constaté, les journées qui commencent ainsi sont souvent plus porteuses, plus faciles, plus sympathiques et passent plus vite que lorsque c’est la grisaille et le stress.

Quelques pistes pour ne pas tomber directement dans le stress :

  • Les réunions : limiter le nombre de réunions, (ou leur durée), mieux les préparer, ou proposer une nouvelle manière de fonctionner en fonction des résultats attendus.
  • Les collègues : gérez votre temps et vos relations. Privilégiez les échanges qui vous font du bien, limitez ou évitez ceux qui vous vident de votre énergie, vous agacent… Recadrez et centrez le discours sur le professionnel, sachez décliner diplomatiquement tout ce qui vous éloigne de vos priorités et besoins.
  • Le chef : profitez de la rentrée pour clarifier ses attentes, bien comprendre votre mission, l’organisation, votre cadre d’intervention, les responsabilités de chacun…et émettez vos souhaits, vos envies, projets, besoins. Sans aller jusqu’à poser vos prochains congés, assurez-vous d’une vision sur les prochains mois, vous permettant de vous projeter, et d’anticiper, ce qui peut vous apporter un peu de confort.
  • Le déjeuner : profitez de sortir déjeuner en terrasse, pour prolonger l’effet vacances.
  • Les horaires : n’oubliez pas que ce n’est pas la quantité qui fait le mérite ou la qualité du travail. Un manager doit se réjouir de voir un collaborateur partir tôt si son travail est terminé. Se faire imposer des journées de plus de 8 heures ou les imposer à ses équipes n’est pas responsable et ne permet pas de générer de la performance. Alors pourquoi pas lancer un sujet de réflexion sur l’efficacité et les horaires, et tenter de faire différemment ? Et le télétravail, où en est votre entreprise sur ce sujet ?
  • Ralentir : marcher plus lentement en sentant le sol sous ses pieds, prendre le temps de regarder les gens, de les écouter vraiment, de ne pas répondre aux mails instantanément, de regarder par la fenêtre, de manger en savourant chaque met, de mastiquer jusqu’à rendre les aliments liquides avant de les avaler… Et si vous faisiez le test ?
  • Etre plus présent à chaque chose que vous faites. Chaque geste, chaque action, même celles qui sont automatiques, et si vous faisiez ces choses en conscience, en savourant chaque instant, même les tâches rébarbatives?
  • Respirer. Prendre le temps d’observer sa respiration, plusieurs fois dans la journée, de sentir la différence selon les situations. Juste observer les mouvements de la cage thoracique, des côtes, de l’air qui entre et sort, et si cela peut vous aider, téléchargez une application sur la cohérence cardiaque en cas de stress.
  • Diminuer ou arrêter le sucre. Exit les boissons sucrées, l’alcool, les gâteaux, le sucre dans le café, les plats préparés. Une petite cure d’une semaine peut vous laisser entrevoir les bénéfices sur le système nerveux, l’attention, le système digestif entre autre.
  • La famille : répartissez les rôles et les tâches dédiées aux enfants et à la maison le plus équitablement possible entre parents, responsabilisez les enfants dès le plus jeune âge sur leur participation à la vie quotidienne à la maison, posez des règles que vous aurez co-construites avec eux et n’oubliez pas les sanctions quand les règles ne sont pas respectées…
  • Prendre soin de vous : prévoyez chaque semaine du temps pour vous, pour une ou des activités qui vous font du bien, en dehors de la famille, du couple, des amis ou du travail. Juste pour vous, pour vous ressourcer.

Et si vous êtes en manque d’idée ou avez besoin de coaching, d’accompagnement, appelez-nous!

Sandrine Guenand-Gallienne – 06 62 49 81 94

 

Bien-être au travail et ROI

Je fais partie de ceux qui considèrent que chaque petite chose compte; des massages au bureau, la participation au “Great Place To Work”, une conciergerie … Superficiel ? Saupoudrage ? Insuffisant ? Pas le rôle de l’employeur ? S’acheter une image ? On entend tout cela bien sûr, et chacun a le droit de penser ce qu’il veut, or n’est-ce pas les résultats sur les personnes qui comptent ?

Et si grâce à un massage, un collaborateur découvre ce que peut lui apporter la détente par le corps, faire une belle rencontre, et être amené à se questionner sur l’intérêt de prendre soin de lui, et bien cela vaut la peine. Et quand bien même cela représente juste une pause, un moment “out of the box”, où est le mal ? Au pire grâce à cette respiration, il se sera changé les idées, et abordera plus sereinement le reste de sa journée.

Certes, proposer des actions pour permettre aux salariés de mieux travailler, de pouvoir prendre du recul sur les situations, de progresser dans leur management, de développer les softs skills, de donner du sens à leur travail, de mieux communiquer, de réfléchir à comment améliorer leurs conditions, c’est certainement mieux, plus performant, mais nous ne sommes pas dans un monde idéal, et il ne faut pas oublier d’où nous venons.

L’entreprise est un système qui avance à son rythme, en fonction de sa culture, son histoire, de ses contraintes et de ses “hommes”. L’essentiel est de noter les intentions, voir les progrès, de commencer quelque chose. Alors oui, j’ai envie de reconnaitre et d’encourager les progrès dans ce sens, car les entreprises n’ont pas la responsabilité de rendre les collaborateurs heureux, mais celle de préserver, respecter, prendre soin des collaborateurs, et de leur offrir le meilleur pour qu’ils puissent donner le meilleur. Ce capital humain est la principale ressource pour obtenir de la performance. Les entreprises libérées l’ont bien compris.

Bravo à toutes les initiatives quelles qu’elles soient, car elles montrent que les prises de conscience sont là, elles ouvrent la voie, permettent de faire du « test and learn » sur un aspect qui, comme toute action est mesurable, en prenant le soin de savoir pourquoi on fait les choses, quels objectifs on a, ce que l’on veut mesurer. Nos consultants en accompagnement du changement et QVT peuvent vous accompagner dans ce travail, qui mérite de passer du temps à se poser les bonnes questions pour élaborer une stratégie efficace et porteuse de sens.

La transition, entre rêve et réalité

infodurable

Les exemples d’actions, de femmes, d’hommes et de marques engagées ne font que se développer. Heureusement car la tâche est conséquente. Apprendre que seulement 5% de nos poubelles jaunes sont recyclées, que nos déchets sont expédiés et vont polluer des pays du tiers monde, ne peut qu’encourager à agir pour recycler, nettoyer, produire moins et durablement. Comme le montre bien le film “Après-Demain”, pour que les actes soient durables, il est préférable d’être “ensemble”, d’associer les acteurs de la vie publique, les citoyens et les entrepreneurs. Les entreprises ont malgré tout un rôle, une responsabilité importante.

Voici l’exemple d’une entreprise qui réussit : Aroma-Zone, petite marque écolo qui est devenue un véritable mouvement de société.

https://www.ladn.eu/entreprises-innovantes/case-study/cosmetiques-diy-faire-soi-meme-millennials-bobo/?utm_source=newsletter_ladn&utm_medium=email&utm_campaign=news_ladn&utm_content=20190618

La RSE ? Les gens trouvent ça cool… surtout pour se donner une bonne image

La RSE, on en parle, mais on ne sait pas toujours ce que c’est. Et plutôt que prendre de vrais engagements, certaines boîtes y voient surtout un bon moyen de redorer leur blason. La RSE, il y a ceux qui la font… Ceux qui en parlent sans savoir de quoi il s’agit… Et ceux pour qui c’est clairement un moyen de se faire mousser. Les résultats de la dernière étude menée par IPSOS et OPENMIND KFE sur la Responsabilité Sociale des Entreprises sont sans équivoque : il y a encore beaucoup de taff.

La RSE, c’est cool. Mais c’est quoi ?

Globalement, tout le monde a pigé que la RSE, c’était quelque chose de positif. On ne sait pas très bien définir la notion (49% des personnes interrogées ignorent ce que c’est, et seules 12% affirment savoir précisément de quoi il s’agit), mais on l’associe quand même à des valeurs sociales et environnementales (76%). C’est déjà ça… mais il manque, en général, la dimension ressources humaines. Alors que la RSE est, « par essence une partie intégrante de la gestion du capital humain », comme le rappellent les équipes.

Cette ignorance est aussi due à l’organisation des entreprises autour du sujet. Selon le baromètre RSE Ekodev de novembre 2017, 48% des travailleurs et travailleuses ne savent pas qui est en charge de la RSE au sein même de leur société. Une statistique qui s’élève à 60% chez les non-managers ! Le baromètre rappelle par ailleurs que seuls 15% sont impliqués dans la stratégie RSE de leur boîte – dommage, quand on sait qu’ils sont 70% à vouloir l’être davantage.

Un bon moyen… de soigner sa réputation

Plus de trois quarts des personnes interrogées pensent que leur entreprise mène une politique RSE engagée… pour avoir une bonne réputation ! À la question de savoir ce qui motive les entreprises à s’activer sur les sujets, « améliorer son image » arrive en tête des résultats (55% des répondant·e·s), devant « être plus éthique » (46%) ou « inspirer la confiance » (33%).

Un sentiment qui tend à montrer que les considérations de notoriété sont prioritaires sur l’engagement des équipes ou la volonté de trouver de nouveaux modèles au service du bien commun. C’est d’ailleurs ce que confirme l’étude Earned Brand 2018 d’Elan Edelman : les entreprises sont conscientes que la RSE est un argument de com’ à privilégier aujourd’hui, dans la mesure où 58% des Français pensent qu’il est plus efficace pour une boîte de communiquer sur ses engagements que d’investir dans des campagnes de pub’.

Réinventer les modèles

En conclusion, il reste encore un peu de marge avant que les entreprises joignent (vraiment) les actes à la parole, mais plus forcément beaucoup de temps. L’entrepreneur et activiste de l’économie durable John Elkington est formel : les entreprises qui ne réinventeront pas leur modèle iront droit dans le mur. Pour lui, les dirigeants et dirigeantes d’entreprise subissent des pressions surtout dictées par les résultats financiers – plus que par l’urgence écologique. Mais qu’on se rassure : la finance va aussi dans le bon sens ! En 2018, le plus gros gestionnaire d’actifs au monde a mis un bon coup de pression à ses clients : plus question de soutenir les marques qui ne s’engagent pas ! En plus, la nouvelle génération pense très différemment – il n’y a qu’à voir les actions menées par les lycéens et lycéennes sur le sujet – et pourrait bien changer la donne.

Méthodologie : Étude Ipsos pour OPENMIND KFÉ menée du 24 septembre au 12 octobre 2018 en ligne auprès de 870 personnes, constituant un échantillon représentatif de la population française.

Et nous on fait quoi ?

Chez Ad’hoc communication, nous avons la capacité à vous accompagner pour mettre en place une démarche qui intègre la considération de l’humain dans l’entreprise. Nous ne sommes pas un cabinet qui met en place des critères pour l’obtention d’un label, d’une certification; nous savons vous aider à vous poser les bonnes questions, à poser un diagnostic, à mettre en place une démarche et un plan avec des échéances réalistes, en partant de qui vous êtes pour atteindre des objectifs ajustés.

Contact : sandrine@adhoc-com.fr

Source : L’ADN, Mélanie Roosen